Qu’est-ce que la narcolepsie ?

  • Happy active children jumping

Symptômes de la Narcolepsie-Cataplexie :
-des pertes de la vigilance.
– des accès de sommeil irrésistibles
– une somnolence diurne excessive.
– un sommeil perturbé.
– une brusque perte de tonus musculaire dans diverses parties du corps (attaque de cataplexie).

A la simple énumération de ces symptômes, on comprend que les patients affectés mettent parfois du temps avant de confier leurs difficultés.

Peut-être souffrez vous de narcolepsie-cataplexie ?
Nous vivons en effet, dans une société qui privilégie l’éveil et il n’est pas facile de confier à des tiers que l’on ait toujours envie de dormir!
Les pertes brutales du tonus musculaire (cataplexie), pouvant survenir sous l’effet d’une émotion ( joie, surprise, rire, colère, …), peuvent aboutir à des chutes ou à des manifestations corporelles involontaires susceptibles d’impressionner l’entourage, tandis que le patient (qui ne comprend pas souvent ce qui arrive) peut éprouver de la gêne.
Les hallucinations à l’endormissement et les paralysies lorsqu’on se réveille peuvent provoquer de l’anxiété.
Fort Heureusement, tous ces symptômes ne sont pas toujours présents ensembles et certains d’entre eux ne se manifestent parfois que rarement.

Causes de la narcolepsie-cataplexie :
Les idées actuelles font état d’une affection du système nerveux central réglant la succession de différentes phases de sommeil.
Il est établi que le patient qui souffre de narcolepsie – cataplexie s’endort directement en sommeil paradoxal (c’est un stade où se produisent les rêves).
L’affection a un caractère génétique mais, curieusement, ce n’est que dans une minorité des cas qu’il y a une transmission familiale.
La maladie est liée à une particularité que les médecins peuvent déceler dans le sang. La très grande majorité des patients appartiennent à’ ce que l’on appelle un groupe d’ «histocompatibilité HLA DR.2 ». En fait, dans nos populations, 1/5 des gens appartiennent à ce groupe. II n’est donc pas la signature de la maladie, mais plus de 98 % des narcoleptiques y appartiennent.

Traitement de la maladie :
Comme il s’agit d’une maladie chronique, les traitements sont parfois décevants.
Néanmoins, des progrès sont réalisés et il est important d’en être informé.
De grands laboratoires aux Etats-Unis mais aussi en Europe et au Japon poursuivent effectivement des travaux de recherche tant sur le plan de la cause que sur le plan du traitement de la narcolepsie.

Evolution de la maladie :
L’évolution de la maladie est fort variable d’un sujet à l’autre. Les accès de sommeil sont présents dès le début de la maladie et accompagnés dans plus de la moitié des cas, d’attaques de cataplexie. L’âge d’apparition est très variable (principalement entre 10 et 30 ans). Elle est parfois déclenchée à l’occasion d’une modification du rythme veille – sommeil, d’un choc psychologique, voire d’un accident ou d’une maladie.

En aucun cas, les accès de sommeil ne disparaissent complètement, mais les autres symptômes peuvent s’atténuer après 60 ans.
La narcolepsie-cataplexie ne modifie en rien la durée de vie normale, mais les conséquences ne doivent pas être sous-estimées; elles provoquent de la gène, des handicaps et des invalidités qui peuvent être très graves sur le plan familial, professionnel et social.